Impression    Partager :

ActualitésActualité des collègesSAINT-JUST-EN-CHAUSSEEChef d’établissementEnseignantLouise MichelActualités des collègesDéveloppement durable

La gestion différenciée au collège Louise Michel

Mis en ligne le

Le collège Louise Michel a arrêté les produits phytosanitaires en 2015. L’agent Jean-Marie Maigret a mis en place en accord avec sa hiérarchie une gestion différenciée des espaces verts.

Suivons-le sur les différents espaces extérieurs du collège et observons la gestion qu’il y a déployée. 

Accueil

« Le projet ici c’est de créer un massif fleuri, avec des espèces vivaces et indigènes de l’Oise ».

Une formation  "Création de massifs de vivaces indigènes" a eu lieu les 18, 19 septembre et le 7 novembre 2017. Le matériel végétal a été financé par le collège.

"Les professeures de SVT sont révies, elles veulent le plan du parterre".

Devant le collège

« Ici, l’espace n’est pas vraiment utilisé, donc je peux y faire une tonte tardive. Par contre, comme c’est très visible par les visiteurs, il faut que la tonte tardive soit bien marquée. »

« Cette année [2017], en début de saison, j’ai compté plus de 200 orchidées qui voulaient sortir. Il y a 4 sortes différentes d’orchidées, dont deux nouvelles cette année : l’Orchis Pyramidal et une mystérieuse. Comme je ne peux pas faire une zone de tonte tardive sur l’ensemble de la pelouse devant le collège, j’ai privilégié les zones où il y en avaient le plus pour y faire la tonte tardive, entourée de chemins tondus ».

« Le panneau de communication sur la fauche tardive est bienvenu, car certains demandaient : « dis-moi, il n’y a plus d’essence dans ta tondeuse ? » Bon au moins, ce genre de questions me permet d’expliquer la démarche et de montrer les orchidées. »

Le tas de sable non utilisé en EPS

Jean-Marie voyant un tas de sable non utilisé a proposé à sa direction de le transformer en prairie fleurie. Voici un reportage sur plusieurs années.

Le talus sur la cour

« Ce talus était enherbé, cela signifiait qu’il fallait y passer la débroussailleuse 1 à 2 fois par mois minimum. J’ai donc proposé d’y planter des arbustes couvres-sols sur toute la longueur. Ce chantier de 4 000 euros a été réalisé par mes soins, sur … semaines. Après 5 ans, il y a 2 ou 3 endroits où les plants n’ont pas bien pris, où il faudrait replanter.»

Un micro-coin d’herbe modifié

« Ici, comme c’était toujours piétiné, boueux les jours de pluie, j’ai proposé de faire un parterre sur-élevé. En accord avec la vie scolaire : dès qu’un jeune se retrouve dans ce parterre c’est une heure de colle. C’est une façon de faire respecter mon travail. »