Impression    Partager :

ActualitésActualité des collègesClotaire BaujoinProfilChef d’établissementCollégienParentEnseignantTHOUROTTEActualités des collèges

Un mur d'écriture à Thourotte

Mis en ligne le

Le collège Clotaire Baujoin à Thourotte s'est doté d'un nouvel outil : il ne s'agit pas de numérique mais d'un mur entier sur lequel on peut écrire à la craie. Et cela transforme complètement le travail collaboratif !

De nouveaux besoins

Sandra Cagliesi, professeure d'histoire-géographie et porteuse du projet, nous rappelle l'origine du projet : "La récente réforme du collège a amené les équipes éducatives à repenser l'aménagement des salles de l'établissement. En effet, de nouvelles formes d'enseignement se font jour (enseignements pratiques interdisciplinaires, co-enseignement) et amènent de nouveaux besoins en termes d'aménagement. C'est ainsi par exemple qu'un des laboratoires de sciences est devenu une salle "numérisciences" organisée en îlots et équipée d'ordinateurs". 

"D'autre part, les élèves ont participé à l'organisation d'un forum des formations, dans le cadre de l'ex-option DP3 du collège. Ils étaient fréquemment amenés à emprunter des tableaux blancs afin d'afficher des documents de travail ou noter le travail déjà accompli".

"Enfin, la salle audiovisuelle n'était utilisée que pour les réunions de professeurs ou pour recevoir des intervenants extérieurs. L'idée est donc venue d'y créer un mur qui pourrait servir dans le cadre d'activités pluridisciplinaires".

Un tableau géant !

"Au départ nous avions pensé à une surface effaçable, type "Tableau Velleda", mais cela coûtait trop cher, et nous n'aurions pas pu obtenir une surface aussi grande en mettant bout à bout plusieurs tableaux blancs. Nous avons donc opté pour une surface de type "tableau noir", avec l'utilisation de craies".

Le projet a été présenté au Conseil départemental en juillet 2016. Celui-ci a été approuvé immédiatement. Les travaux, réalisés par l'équipe technique mobile des collèges (ETMC), ont débuté à la fin du mois de novembre, et la salle a été ouverte en janvier.

Les surfaces murales ont tout d'abord été rectifiées, afin qu'elles soient le plus lisses possible. 3 couches de peinture magnétique ont été nécessaires afin de rendre les murs aimantés, puis 3 couches de finition ont été appliquées afin de permettre l'écriture à la craie.

Deux pans entiers de murs sont recouverts de cette peinture, ce qui permet de disposer d'une très grande surface utilisable. 4 îlots de 6 élèves peuvent ainsi travailler en simultané. Un 5ème îlot est installé devant le tableau destiné jusque-là à l'enseignant. Un tableau blanc biface permet également si besoin d'installer un autre groupe ou d'être utilisé par le professeur.

Avant les travaux

Pendant les travaux

Après les travaux

Des expérimentations réussies

La salle, ainsi transformée en "halle aux projets", a déjà été le cadre de plusieurs expérimentations :

En EMC (enseignement moral et civique) a été réalisé un diaporama sonorisé sur la laïcité. Spontanément, les élèves se sont appropriés le tableau afin d'y noter le travail à réaliser et se répartir les différentes taches, puis pour noter les différents éléments de réponse trouvés sur les documents fournis. Les élèves ont joué à fond la coopération : chacun proposait ses idées, pendant qu'un élève notait celles-ci sur le tableau, effaçait et corrigeait au besoin. Une fois toutes les idées notées, certains ont recopié leur texte à partir du tableau sur une feuille, d'autres ont simplement photographié leur partie du tableau à l'aide d'une tablette. Les textes ont ensuite été enregistrés et intégrés au diaporama.

Toujours en EMC, un projet a été mené sur les stéréotypes hommes/femmes au travers de simulations d'entretiens d'embauche. Des groupes mixtes de 3-4 élèves ont été constitués. Pour chaque groupe, une femme postulait pour un emploi traditionnellement considéré comme masculin, et un homme pour un emploi plutôt considéré comme féminin, le reste du groupe jouant le rôle des recruteurs.

Les élèves se sont immédiatement emparé du mur d'écriture et ont demandé s'ils pouvaient rester sur leur îlot pendant leur prestation, afin de pouvoir jeter un oeil sur le mur sur lequel étaient consignées leurs notes. Ainsi, lorsque les saynètes ont été jouées, chaque groupe s'est installé de manière à pouvoir garder un oeil sur sa partie de tableau.

Un nouvel outil collaboratif

D'après ces deux expérimentations, il ressort que le mur d'écriture facilite le travail en collaboration : il permet aux élèves de garder un oeil sur leurs notes pendant la prestation du groupe, un peu comme un "pense-bête" grand format.

Le grand format autorise une visualisation facilitée des notes par l'ensemble du groupe, et bien entendu par l'enseignant, qui peut au besoin corriger ou compléter le travail produit.

Un élève en situation de handicap a également grandement apprécié ce nouvel outil, car "pour une fois", il pouvait réaliser les mêmes activités que ses camarades : en effet, la surface utilisable descendant jusqu'au niveau du sol, il a pu approcher son fauteuil roulant et participer à la rédaction de ses idées avec la même facilité que les autres élèves.

D'une manière générale, les élèves ont pris beaucoup de plaisir à utiliser le mur et se le sont approprié d'une manière très spontanée : les cinq craies prévues ont vite été coupées en deux ! Les élèves ont même demandé des craies supplémentaires, de couleur, et ont même refusé de sortir en récréation lors d'une des activités proposées !