• Je suis chef d'établissement
  • Je suis parent
  • Je suis enseignant
  • Je suis collégien
  • Impression    Partager :

    La charte départementale de gestion des espaces extérieurs dans les collèges de l'Oise


    La commission permanente du 30 janvier 2017 a adopté la « charte de gestion des espaces extérieurs des collèges de l’Oise », qui a préalablement fait l’objet d’une consultation auprès du groupe intersyndical des équipes de direction des collèges le 19 octobre 2016, du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail le 17 novembre 2016 et du comité technique le 24 novembre 2016.

    Règlementairement, le contexte de gestion des espaces extérieurs des collèges évolue et vient modifier en profondeur la façon de travailler des agents en charge des espaces extérieurs, leurs métiers.

    Or, dans un contexte de restriction budgétaire et de vieillissement des ressources humaines dans les EPLE, il convient d’optimiser le temps de gestion des espaces, en modifiant les attentes en matière d’entretien de ces espaces, tout en respectant la règlementation.

    La charte départementale de gestion des espaces extérieurs dans les collèges de l’Oise vise à proposer un cadre de gestion des espaces extérieurs adapté à ces contraintes.

    Les espaces verts ne se limitent pas à une pelouse à tondre ou une haie à tailler. C’est aussi et surtout un écrin de verdure dans un collège, qui offre un sentiment d’accueil aux élèves, aux membres de la communauté éducative.

    Les espaces verts sont également liés à la faune et à la flore qui environnent le collège, ils y participent. Ainsi la gestion des espaces extérieurs du collège a un impact direct avec la qualité des ecosystèmes dans lesquels nous habitons au quotidien. Ils sont un espace vivant.

    En qualité d’espace vivant – les soins qu’il lui sont réservés peuvent différer dans le temps et dans l’espace. Un jeu de tonte différencié permet de créer des espaces différents, évolutifs dans l’année, ou changer la physionomie du collège d’une année à l’autre.

    L’accueil et le parking doivent créer un sentiment chaleureux - faire plaisir à regarder.

    De même, la communauté scolaire est invitée à penser la gestion des espaces verts, au-delà du seul regard de la gestion courante - en introduisant, lorsque c’est possible, des espaces où le collégien pourra être en interaction avec la verdure du collège.

    Les déchets végétaux ont un véritable intérêt dans la gestion d’un espace vivant – sans produit phytosanitaire : le compostage des déchets verts permet d’engraisser les pelouses qui le nécessitent.

    Le paillage permet de limiter la pousse de plantes adventices. La gestion interne de ces déchets permet également de limiter les transports vers des déchetteries : gain de temps, réduction des émission de gaz à effet de serre, économie pour certains collèges.

    Le Département cherche depuis 2 ans à accompagner l’évolution du métier pour les agents ayant en charge les espaces verts, pour qu’ils aient un regard de jardinier sur ces espaces.

    Formation, évolution du matériel dans le complément renouvellement, échanges réguliers avec les agents par les différentes direction du Département, vise à accompagner au mieux ces changements de pratiques.

    Une étude quantitative a été menée sur le niveau de concentration et d'autodiscipline auprès de 169 enfants habitants dans 12 bâtiments sociaux aux caractéristiques architecturales identiques.

    Plus les fenêtres donnent sur la nature meilleurs sont leurs résultats. Jusqu'à 20 % de mieux.

    Pour les chercheurs de l'université de l'Illinois le contact renouvelé avec la nature a un lien direct avec les performances. Ils recommandent donc d'aménager en fonction des vues depuis les appartements et de ne pas oublier le rôle de la nature dans les cours d'école. «Peut-être après une récréation dans une cour d'école verte les enfants retourneraient-ils en classe avec une meilleure capacité d'attention et moins d'impulsivité ?», se demandent-ils.

    Un environnement naturel est aussi connu pour réduire la fatigue mentale, caractérisée par de l'agressivité et une baisse de l'attention. L'un des rôles assignés à la nature en ville est l'amélioration du lien social. L'impact des jardins partagés est bien connu. 

    Source : Nature en ville - Comment elle impacte la biodiversité, la santé, l'environnement Article extrait de « Le courrier des maires et des élus locaux n°252 01/12/2011 », Editeur Groupe Moniteur, page 22