• Je suis chef d'établissement
  • Je suis parent
  • Je suis enseignant
  • Je suis collégien
  • Impression    Partager :

    À la rencontre de Nao


    Revêtu de son costume bleu, Nao était de passage au Réseau Canopé de Beauvais le 21 octobre dernier dans le cadre du fablab Pédago. Il accompagnait deux enseignants chercheurs de l’ESIEE, école d’ingénieurs d’Amiens pour présenter ses capacités et son intérêt dans l’éducation. Péo60 était bien sûr présent...

    Nao, c'est qui ?

    Développé par l'entreprise française Aldébaran, Nao est un robot humanoïde bipède interactif d’une soixantaine de centimètres pour un poids tournant autour de 5 kg. Il est équipé de 2 caméras pour une vision en relief et la reconnaissance faciale. Il dispose aussi de capteurs infrarouges, d’un télémètre sonar et de capteurs de pression pour détecter les obstacles. 

    Avec ses 4 micros il vous entend et peut même vous répondre grâce à son synthétiseur vocal et ses 2 hauts-parleurs.

    Il est aussi capable de se connecter en wifi pour échanger via le web ou avec son programmeur (une connexion par Ethernet est aussi possible). Il lui est aussi possible de communiquer avec d’autres appareils connectés.

    La programmation de Nao

    Sa programmation se fait de différentes manières. Le plus simple est d’utiliser l’interface visuelle Chorégraphe, spécifique aux robots de l’entreprise Aldébaran. Elle est structurée autour de boîtes, représentant une action de base (debout, assis…) ou un ensemble plus élaboré, qui sont à relier par des cordons en fonction de l’enchaînement souhaité. Les plus pointus utiliseront le C++, le Python ou le Java. Il existe également un espace communautaire où il est possible de partager, via téléchargement, toute sorte de programmes allant de la révision des tables de multiplication à la lecture d’un conte de Noël incluant musique, bruitages, chorégraphie…

    Jean Nguyen-Cadoret, de l’ESIEE (École supérieure d'ingénieurs en électronique et électrotechnique), indique que Nao peut être utilisé de la primaire aux études supérieures. Il peut, par exemple, demander à un élève de réciter une poésie et d’apporter les corrections nécessaires, idem pour les tables de multiplication. Au collège, les élèves peuvent travailler sur sa programmation et la logique mais aussi être initiés au codage. Ses facultés linguistiques lui permettent de parler une bonne dizaine de langues et d’être mis à contribution pour leur enseignement. Pour les niveaux supérieurs la création de programmes, d’applications de pilotage via smartphone et leurs activités connexes pourront mobiliser lycéens et étudiants. Il est également utilisé dans d’autres secteurs d’activité comme l’aide à la personne. Il accompagne, par exemple, les pensionnaires de maisons de retraites dans leurs jeux de mémoire, rappels de prise de médicament, appels d’urgence…

    Nao est (presque) une personne

    Si, à la première rencontre, lorsqu’il est au repos, le robot paraît presque insignifiant (un outil comme un autre dans un environnement numérique), la magie opère dès qu’il s’anime. A partir de ce moment tout change : il vous suit du regard, dont les yeux semblent cligner, échange quelque mots et se meut de façon étrangement naturelle. L’attention de l’auditoire est immédiatement captée par ce robot qui devient Nao.

    Quelques minutes en sa présence suffisent pour vite oublier l’aspect technique du sujet et de la programmation. Nao devient un compagnon à part entière. C’est là que réside l’une de ses principales forces.

    Reportage réalisé lors de la présentation de Nao au FabLab du Réseau Canopé le 21 octobre 2015

    À lire aussi

    ActualitésActualité des collègesActualité du numériqueChef d’établissementCollégienEnseignantHenry de MontherlantDéfi Robot