• Je suis chef d'établissement
  • Je suis parent
  • Je suis enseignant
  • Je suis collégien
  • Impression    Partager :

    La Seconde Guerre Mondiale : "Les déportations"


    Les lieux de mémoire

    Mémorial de l’Internement et de la Déportation de Royallieu

    Inauguré en février 2008,  le Mémorial est un lieu de mémoire et d'histoire créé sur le site du camp de Royallieu. D’abord caserne militaire en 1913, puis hôpital d’accueil des blessés lors de la Première Guerre Mondiale, le camp de Royallieu,  va devenir en juin 1941, le « Frontstalag 122 », un camp de transit contrôlé par l'armée allemande pour l'internement des prisonniers politiques.

    En savoir plus

    Mémorial du Wagon de la Déportation

    Le Mémorial du Wagon de la Déportation, implanté en gare de Compiègne-Margny-lès-Compiègne, retrace la Déportation par le transport ferroviaire et se veut le garant de la mémoire des 45.000 prisonniers, déportés vers les "camps de la Mort" à partir de ce point, entre 1942 et 1944, lors de la dernière Guerre Mondiale. Complémentaire du Camp de transit "Royallieu" de Compiègne, il permet de mieux appréhender le chemin que faisaient les prisonniers à pied sous la garde des soldats nazis ainsi que leurs conditions de vie pendant le transfert en train.

    Mémorial de la Shoah

    A ouvert ses portes au public en janvier 2005, sur le site du Mémorial du Martyr Juif Inconnu.

    Inaugurée au tournant du « siècle des génocides », tournée vers l'avenir, cette institution est un pont jeté entre les femmes et les hommes contemporains de la Shoah et ceux qui n'ont pas vécu, ni directement ni par la médiation de leurs parents, cette période historique.

    En savoir plus

    Mémorial du Camp de Drancy

    Le Mémorial National du Camp de Drancy est composé d'un monument aux déportés, œuvre de Shelomo Selinger (1976) et d'un wagon-témoin (inauguré en 1988).

    Le mémorial est installé à l'entrée de la Cité de la Muette, cité qui fut transformée en camp d'internement de 1941 à 1944 par l'occupant allemand,  camp de regroupement des Juifs de France en vue de leur déportation vers les camps d’extermination. Entre mars 1942 et août 1944, environ 63 000 Juifs ont été déportés du camp de Drancy, parmi les 76 000 juifs déportés de France.

    En savoir plus

    Musée de la Résistance nationale

    Le Musée de la Résistance nationale est installé dans un hôtel particulier du XIXème siècle, en bordure de la Marne, dans un parc baptisé du nom de Vercors, pseudonyme du fondateur des Editions de Minuit clandestines. Les collections sont le fruit, depuis 1965, de plus de 2000 donations et de dépôts privés ou publics. Elles témoignent de l’histoire sociale française de 1929 à 1947 et représentent un ensemble unique sur la Résistance intérieure française par le nombre et la variété des pièces de toutes natures les constituant. Elles mettent en scène des milliers de résistants et de déportés français, immigrés, étrangers, anonymes ou célèbres.

    En savoir plus

    Archives départementales

    Les archives départementales de l’Oise disposent d’un service éducatif issu d’un partenariat de plus de 50 ans avec l’Education nationale. L’accueil des classes est gratuit.

    Les archives départementales proposent une exposition itinérante accompagnée d'un dossier pédagogique 1944, l'Oise est libérée (plus d'infos sur http://archives.oise.fr/action-culturelle/expositions-itinerantes), une séance de découverte des archives, des séances thématiques et des ressources en ligne sur archives.oise.fr.

    En savoir plus

    Le spectacle de mémoire

    "Personne ne m'aurait cru, alors je me suis tu" Compagnie De Nox A Lux

    Personne ne m'aurait cru, alors je me suis tu est le récit d'un survivant de la Shoah, Sam Braun, rescapé d’Auschwitz. Son témoignage démarre à Clermont-Ferrand où il est arrêté à l’âge de seize ans par la milice française avec son père, sa mère et sa petite sœur. A partir de Drancy, il est déporté à Auschwitz, jusqu’au 18 janvier 1945,  et survivra à « La Marche de la Mort  » pendant quatre mois, jusqu’à sa libération à Prague par des membres de la Résistance Tchécoslovaque.

    En savoir plus

    Le voyage de mémoire

    Mémorial d'Alsace-Moselle

    Entre 1870 et 1945, les Alsaciens et les Mosellans (personnes nées dans la région) ont changé de nationalité quatre fois, la région frontalière étant un foyer de tensions où s'exprimait la rivalité franco-allemande.

    Le Mémorial de l'Alsace-Moselle permet aux visiteurs de découvrir l'histoire de la région de 1870 à nos jours. Ils peuvent s’imprégner des ambiances de vie dans un fort de la ligne Maginot. Le mémorial offre également une vision de la destruction totale qu’a entraînée la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la  réconciliation franco-allemande et la reconstruction de l'Europe.

    En savoir plus

    Struthof

    Le 1er mai 1941, au lieu-dit « le Struthof », les nazis ouvrent un camp de concentration, le KL-Natzweiler.

    La visite se déroule en 4 temps :

    • Le  site historique de Natzweiler-Struthof (Visite guidée 1h30)

    Près de 52 000 personnes d’une trentaine de nationalités différentes ont été déportées au KL-Natzweiler ou dans ses camps annexes : les plus nombreux sont les Polonais, suivis des Soviétiques et des Français (dont un quart d'Alsaciens-Mosellans), puis les Belges, les Norvégiens, les Luxembourgeois, mais aussi des Allemands, Grecs, Yougoslaves, Tchèques, Autrichiens, Lituaniens, Néerlandais, Italiens et Slovènes…

    Lors de la visite en extérieur du camp, peuvent être observés le four crématoire, des chambres à gaz, la première plate-forme du musée de l’Histoire de la déportation, avec la potence, le four crématoire, la prison et la fosse aux cendres…

    • Le centre européen du résistant déporté (visite libre d'1h30)

    Conçu comme un lieu d'information, de réflexion et de rencontre, le Centre européen du résistant déporté, avec ses 2 000 m2 de surface d'exposition, est une introduction à la visite du camp lui-même. Le CERD est érigé au-dessus de la Kartoffelkeller, cave en béton armé, construite par les déportés.

    Le Centre européen présente l'histoire des Résistances qui, dans toute l'Europe, se dressèrent contre la domination fasciste et nazie et montre l’implacable organisation de mise à mort du système concentrationnaire nazi.

    • Le musée KL-Natzweiler (visite libre de 30 mn)

    Dès l'entrée, le film « Du Struthof au KL-Natzweiler » montre, en quelques minutes, le site tel qu'il était avant la guerre puis sa transformation en camp de concentration. Un effet de surimpression des images du passé sur les vestiges actuels permet au visiteur de se sentir au cœur des faits qui se sont déroulés ici, il y a soixante ans. 

    Le public découvre ensuite la création du camp, son organisation, les déportés et leur vie quotidienne, la terreur et la mort omniprésentes, les camps annexes, les expérimentations médicales, la fin du camp, les procès, la mémoire…

    L'exposition est constituée de collections de photos, de documents d'archives, d’objets originaux et de dessins, notamment ceux d'Henri Gayot, résistant déporté. Un espace est consacré à la reconstitution de l'intérieur d'une baraque tel qu'il était à l'époque. En juin 2006, une borne interactive donnant accès à l'ensemble des informations du registre des déportés du camp a été inaugurée.

    • Le Mémorial du Struthof

    Le Mémorial est inauguré en juillet 1960 par le général De Gaulle, dans un camp dont la plupart des fondations ont été détruites par raison sanitaire. Le Mémorial accueille toujours annuellement la cérémonie du Souvenir au cours du mois de juin.

    Une commémoration avec l’ensemble des élèves sera organisée en fin de visite au pied du mémorial du Struthof.

    En savoir plus

    Nécropole de Sigolsheim

    La nécropole nationale de Sigolsheim, est une nécropole et un cimetière militaire. C’est un lieu de sépulture de nombreux soldats français tombés durant les combats de la poche de Colmar.

    En savoir plus

    Parlement européen (sous réserve)

    Son rôle : Organe parlementaire de l'Union européenne, le Parlement européen a son siège à Strasbourg depuis 1999. Il est l'unique institution internationale dont les membres sont élus au suffrage universel direct.

    Il participe avec le Conseil de l'Union européenne à l'élaboration de la législation européenne en se prononçant sur les propositions de textes qui lui sont soumises par la Commission européenne.

    Il partage également avec le Conseil le pouvoir budgétaire. Il assure finalement un contrôle politique sur l'ensemble des institutions de l'Union qui rendent compte de leurs actions à l'assemblée. Il peut constituer des commissions d'enquêtes.

    En savoir plus

    Hébergement

    Ethic-Etapes Mittelwhir - Centre international de séjour

    L'Ethic-Etapes de Mittelwihr est animé par une association de tourisme engagée dans le développement d'un tourisme durable pour l'Alsace.

    Côté Vosges ou Côté Forêt Noire, les 67 chambres sont toutes équipées de sanitaires complets. L'eau chaude est produite en partie grâce à nos 30 m2 de capteurs solaires installés en toiture.

    Hébergement en chambres de 2 lits avec douche et WC - Lits faits à l'arrivée - Prévoir linge de toilette.

    En savoir plus