• Je suis chef d'établissement
  • Je suis parent
  • Je suis enseignant
  • Je suis collégien
  • Impression    Partager :

    Le sport dans tous ses états à Chambly


    CHAMBLYChef d’établissementCollégienParentEnseignantJacques PrévertSport'Oise 24

    Le sport dans tous ses états à Chambly

    Mis en ligne le

    Dans le cadre du dispositif Sport'Oise 24, le collège Jacques Prévert à Chambly a organisé le 6 février 2020 une journée autour du sport afin de sensibiliser les élèves à l'activité physique et à la nécessité d'une alimentation équilibrée. Le handisport était également valorisé avec la venue du club de cécifoot de Précy-sur-Oise.

    Grosse journée consacrée au sport à Chambly, qui s'inscrit dans le cadre de la semaine olympique et paralympique qui se déroule chaque année lors de la première semaine de février : "450 élèves ont participé à cette journée (sur un effectif total de 500 élèves pour le collège). Il faut dire qu'ici, les élèves sont très impliqués dans le sport : 33% d'entre eux adhèrent à l'Association sportive, alors que la moyenne du Département est plutôt aux alentours de 20%", nous explique Olivier Caudron, le Principal du collège.

    La journée prend place au milieu d'une semaine consacrée au sport : "Lundi, les élèves ont pu s'initier au tir à l'arc et mardi, nous avons eu une initiation à l'escrime avec une championne d'Europe qui pratique au club de Beauvais. Un jeu de l'oise avec des handballeurs handi a aussi été proposé. Le volet nutrition n'est toutefois pas oublié : Des élèves de 4e ont pu profiter d'une sensibilisation d'une heure sur l'alimentation avec une diététicienne".

    2 gymnases avaient été mobilisés pour accueillir les différents stands proposés aux élèves.

    Un stand sur la nutrition

    Le "petit-déjeuner idéal" y était présenté : corn flakes, fromage blanc nature, fruit. D'autres aliments étaient également de la partie, plus caloriques ceux-là mais qui font souvent partie de leurs aliments favoris : un pot de Nutella, une canette de Coca-Cola, un paquet de cookies et un sachet de chips. Devant chaque aliment, la correspondance en sucre et en graisse était matérialisée par des sucres en morceaux et des verres remplis d'huile. Les élèves devaient bien sûr deviner le nombre de morceaux de sucre se cachant sous les serviettes en papier placées par-dessus. 

    Ce fut aussi l'occasion de rappeler aux élèves l'importance du petit-déjeuner : "Quand les élèves arrivent au collège le ventre vide, on constate souvent un manque d'énergie et des difficultés à se concentrer, voire des vertiges, des maux de tête... Les résultats en classe s'en ressentent forcément".

    Une rencontre avec des joueurs de football professionnels

    Laurent Heloïse et Mickaël Latour, deux joueurs de football évoluant au FC Chambly, avaient fait le déplacement afin de répondre aux nombreuses questions des élèves. Celles-ci ont surtout porté sur la nutrition et sur l'hygiène de vie d'un joueur professionnel : "Nous mangeons beaucoup de féculents : riz, pâtes, ainsi que de la viande blanche. Nous sommes très suivis médicalement, avec des prises de sang régulières, deux à trois fois par an, ainsi que des tests musculaires". L'occasion également de constater que pour ces passionnés, le football est toute leur vie : "Nous avons commencé à 6 ans et 8 ans. Même si les entraînements sont intensifs, nous prenons quand même des vacances, 4 semaines par an !"

    Et le plus important, selon les joueurs : "Ayez du plaisir, aimez ce que vous faites. Et ne vous limitez pas à un seul sport. Nous aimons aussi pratiquer le basket, le tennis... Cela vient compléter notre pratique du football".

    Une exposition

    Une exposition présentait les différentes formes de handicap : hémiplégie, paraplégie, déficience visuelle, la classification des différents handicaps, ainsi qu'une présentation de plusieurs sportifs handi de haut niveau (Marie-Amélie Le Fur en saut en longueur, Theo Curin en natation, Alexandre Leaute en cyclisme...) et les différentes disciplines paralympiques.

    Le sport version handi

    La journée était également l'occasion de sensibiliser les élèves au handicap de manière générale, sensibilisation qui prend place dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024, avec, pour la première fois dans leur histoire, l'organisation conjointe des jeux olympiques et paralympiques.

    Les élèves ont pu expérimenter les difficultés à se mouvoir lorsque l'on est en fauteuil roulant grâce à un parcours durant lequel ils devaient successivement appuyer sur un interrupteur placé en hauteur, ouvrir et franchir une porte d'entrée et attraper un ballon placé en hauteur. Maureen nous livre ses impressions : "Ce n'est vraiment pas facile d'utiliser un fauteuil. Des actions qui paraissent simples pour un valide ne le sont plus du tout pour une personne en situation de handicap. Du coup, on comprend mieux leurs difficultés quotidiennes. "

    En ce qui concerne le sport, un autre stand consistait en un parcours que les élèves devaient effectuer avec une jambe ou un bras immobilisés, afin de simuler une hémiplégie ou une paraplégie. Olivia : "Faire du sport est très différent avec un handicap. Ce n'est pas du tout les mêmes sensations que lorsqu'on est valide. Les sportifs handi ont vraiment beaucoup de mérite".

    Le club de cécifoot de Précy-sur-Oise avait également fait le déplacement afin de présenter ce sport aux élèves. Les deux joueurs présents, Hakim et Fabrice, ont été sacrés vice-champions d'Europe de cécifoot avec l'équipe de France et devraient participer aux jeux de Tokyo l'été prochain (plus d'informations sur cet article du Parisien).

    Ils ont tout d'abord expliqué les principes du cécifoot : "C'est une adaptation du foot en salle pour les non-voyants. Il se joue comme le foot en salle à 5 contre 5. Le ballon est sonore afin de mieux le repérer". Les joueurs ont les yeux bandés afin de respecter une stricte égalité (certains ont encore une vision résiduelle).

    Les joueurs ont tout d'abord effectué une démonstration de leur sport. "L'important est de bien garder la balle au pied, ce qui nécessite beaucoup de contrôle". Les joueurs ont pour les aider quelqu'un qui les guide, notamment pour leur indiquer la position des cages. Les élèves ont été impressionnés par la maîtrise des deux joueurs : "Il est meilleur que moi, qui est voyant !", s'est exclamé Nicolas.

    Ensuite, les élèves ont été répartis dans différents ateliers. Ils ont ainsi pu s'initier au tir au but, en se faisant aider d'un de leur camarade qui leur précisait la position des extrémités des cages et l'axe de tir.

    La rencontre s'est achevée par un temps d'échange. Les joueurs ont montré leur grande faculté d'adpatation : en effet, ils n'ont perdu la vue qu'à l'âge de 16 et 18 ans. "Nous avons dû réadapter notre vie quotidienne à notre nouvelle situation. Mais cela ne nous empêche pas de "regarder" la télé comme tout le monde !"

    À lire aussi

    Le sport dans tous ses états à Chambly

    CHAMBLYChef d’établissementCollégienParentEnseignantJacques PrévertSport'Oise 24

    Dans le cadre du dispositif Sport'Oise 24, le collège Jacques Prévert à Chambly a organisé le 6 février 2020 une journée autour du sport afin de sensibiliser les élèves à l'activité physique et à la nécessité d'une alimentation équilibrée. Le handisport était également valorisé avec la venue du club de cécifoot de Précy-sur-Oise.

    Grosse journée consacrée au sport à Chambly, qui s'inscrit dans le cadre de la semaine olympique et paralympique qui se déroule chaque année lors de la première semaine de février : "450 élèves ont participé à cette journée (sur un effectif total de 500 élèves pour le collège). Il faut dire qu'ici, les élèves sont très impliqués dans le sport : 33% d'entre eux adhèrent à l'Association sportive, alors que la moyenne du Département est plutôt aux alentours de 20%", nous explique Olivier Caudron, le Principal du collège.

    La journée prend place au milieu d'une semaine consacrée au sport : "Lundi, les élèves ont pu s'initier au tir à l'arc et mardi, nous avons eu une initiation à l'escrime avec une championne d'Europe qui pratique au club de Beauvais. Un jeu de l'oise avec des handballeurs handi a aussi été proposé. Le volet nutrition n'est toutefois pas oublié : Des élèves de 4e ont pu profiter d'une sensibilisation d'une heure sur l'alimentation avec une diététicienne".

    2 gymnases avaient été mobilisés pour accueillir les différents stands proposés aux élèves.

    Un stand sur la nutrition

    Le "petit-déjeuner idéal" y était présenté : corn flakes, fromage blanc nature, fruit. D'autres aliments étaient également de la partie, plus caloriques ceux-là mais qui font souvent partie de leurs aliments favoris : un pot de Nutella, une canette de Coca-Cola, un paquet de cookies et un sachet de chips. Devant chaque aliment, la correspondance en sucre et en graisse était matérialisée par des sucres en morceaux et des verres remplis d'huile. Les élèves devaient bien sûr deviner le nombre de morceaux de sucre se cachant sous les serviettes en papier placées par-dessus. 

    Ce fut aussi l'occasion de rappeler aux élèves l'importance du petit-déjeuner : "Quand les élèves arrivent au collège le ventre vide, on constate souvent un manque d'énergie et des difficultés à se concentrer, voire des vertiges, des maux de tête... Les résultats en classe s'en ressentent forcément".

    Une rencontre avec des joueurs de football professionnels

    Laurent Heloïse et Mickaël Latour, deux joueurs de football évoluant au FC Chambly, avaient fait le déplacement afin de répondre aux nombreuses questions des élèves. Celles-ci ont surtout porté sur la nutrition et sur l'hygiène de vie d'un joueur professionnel : "Nous mangeons beaucoup de féculents : riz, pâtes, ainsi que de la viande blanche. Nous sommes très suivis médicalement, avec des prises de sang régulières, deux à trois fois par an, ainsi que des tests musculaires". L'occasion également de constater que pour ces passionnés, le football est toute leur vie : "Nous avons commencé à 6 ans et 8 ans. Même si les entraînements sont intensifs, nous prenons quand même des vacances, 4 semaines par an !"

    Et le plus important, selon les joueurs : "Ayez du plaisir, aimez ce que vous faites. Et ne vous limitez pas à un seul sport. Nous aimons aussi pratiquer le basket, le tennis... Cela vient compléter notre pratique du football".

    Une exposition

    Une exposition présentait les différentes formes de handicap : hémiplégie, paraplégie, déficience visuelle, la classification des différents handicaps, ainsi qu'une présentation de plusieurs sportifs handi de haut niveau (Marie-Amélie Le Fur en saut en longueur, Theo Curin en natation, Alexandre Leaute en cyclisme...) et les différentes disciplines paralympiques.

    Le sport version handi

    La journée était également l'occasion de sensibiliser les élèves au handicap de manière générale, sensibilisation qui prend place dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024, avec, pour la première fois dans leur histoire, l'organisation conjointe des jeux olympiques et paralympiques.

    Les élèves ont pu expérimenter les difficultés à se mouvoir lorsque l'on est en fauteuil roulant grâce à un parcours durant lequel ils devaient successivement appuyer sur un interrupteur placé en hauteur, ouvrir et franchir une porte d'entrée et attraper un ballon placé en hauteur. Maureen nous livre ses impressions : "Ce n'est vraiment pas facile d'utiliser un fauteuil. Des actions qui paraissent simples pour un valide ne le sont plus du tout pour une personne en situation de handicap. Du coup, on comprend mieux leurs difficultés quotidiennes. "

    En ce qui concerne le sport, un autre stand consistait en un parcours que les élèves devaient effectuer avec une jambe ou un bras immobilisés, afin de simuler une hémiplégie ou une paraplégie. Olivia : "Faire du sport est très différent avec un handicap. Ce n'est pas du tout les mêmes sensations que lorsqu'on est valide. Les sportifs handi ont vraiment beaucoup de mérite".

    Le club de cécifoot de Précy-sur-Oise avait également fait le déplacement afin de présenter ce sport aux élèves. Les deux joueurs présents, Hakim et Fabrice, ont été sacrés vice-champions d'Europe de cécifoot avec l'équipe de France et devraient participer aux jeux de Tokyo l'été prochain (plus d'informations sur cet article du Parisien).

    Ils ont tout d'abord expliqué les principes du cécifoot : "C'est une adaptation du foot en salle pour les non-voyants. Il se joue comme le foot en salle à 5 contre 5. Le ballon est sonore afin de mieux le repérer". Les joueurs ont les yeux bandés afin de respecter une stricte égalité (certains ont encore une vision résiduelle).

    Les joueurs ont tout d'abord effectué une démonstration de leur sport. "L'important est de bien garder la balle au pied, ce qui nécessite beaucoup de contrôle". Les joueurs ont pour les aider quelqu'un qui les guide, notamment pour leur indiquer la position des cages. Les élèves ont été impressionnés par la maîtrise des deux joueurs : "Il est meilleur que moi, qui est voyant !", s'est exclamé Nicolas.

    Ensuite, les élèves ont été répartis dans différents ateliers. Ils ont ainsi pu s'initier au tir au but, en se faisant aider d'un de leur camarade qui leur précisait la position des extrémités des cages et l'axe de tir.

    La rencontre s'est achevée par un temps d'échange. Les joueurs ont montré leur grande faculté d'adpatation : en effet, ils n'ont perdu la vue qu'à l'âge de 16 et 18 ans. "Nous avons dû réadapter notre vie quotidienne à notre nouvelle situation. Mais cela ne nous empêche pas de "regarder" la télé comme tout le monde !"