Impression    Partager :

COMPIEGNEChef d’établissementEnseignantAndré MalrauxNumérithèque

Des meubles en 3D au collège Charles Fauqueux

Mis en ligne le

Des élèves de 5ème du collège Charles Fauqueux à Beauvais ont réalisé des meubles miniatures grâce à l'imprimante 3D prêté par le Conseil départemental dans le cadre de la numérithèque de l'Oise.

Les étapes du projet

Ce projet s'inscrit dans le cadre d'un EPI "Transition écologique et développement durable" en mathématiques, sciences physiques et technologie. L'idée était de construire la maquette d'un logement écologique à l'échelle 1/10ème.

Christophe Durand, professeur de technologie, a tout d'abord réalisé une étude du besoin : "En faisant des recherches sur les différents types de logement, j'ai trouvé l'exemple des logements étudiants réalisés avec des containers aux Pays-Bas. C'est une solution peu onéreuse et rapide à mettre en oeuvre. J'ai donc décidé de me servir de cet exemple pour réaliser la maquette", nous détaille-t-il.

M. Gourbière, professeur de mathématiques, poursuit : "Ensuite, nous avons effectué des calculs de surfaces, pour le futur logement, mais nous avons également pris toutes les mesures nécessaires pour les meubles qui allaient équiper celui-ci, le tout à l'échelle 1/10ème".

Puis la maquette du logement a été réalisée. Les élèves ont travaillé en binôme : pendant qu'un lisait le plan, l'autre réalisait les tracés.

L'étape finale est celle qui était en cours de réalisation lors de notre visite : La modélisation des meubles en 3D grâce au logiciel Sweet Home 3D, et ce pour 3 types de pièces : salle de bain, cuisine, chambre. Parallèlement, les meubles sont imprimés grâce à l'imprimante 3D mise à disposition par le Conseil départemental et au logiciel 1,2,3 Design.

Par la suite, le logement sera relié à l'électricité. Il pourra ainsi être éclairé !

L'avis des professeurs et des élèves

"Les élèves n'ont pas eu trop de mal à s'approprier les logiciels que nous avons utilisés. La plus grosse difficulté a en fait été de leur faire comprendre que pour certains meubles, comme une table par exemple, il fallait concevoir l'objet à l'envers, afin que l'impression en 3D soit plus facile à réaliser. Nous avons eu également quelques problèmes avec les réglages de l'offset qu'il fallait refaire, et aussi des pièces qui se décollent du support", explique M. Gourbière.

"Les élèves travaillent en autonomie. On les guide un peu au début, puis après on laisse s'exprimer leur créativité. On leur donne des gabarits, avec des indications de largeur, longueur, hauteur, afin que l'objet s'adapte bien au logement". Les élèves commencent par choisir des formes simples (cubes, cylindres...) puis les travaillent jusqu'à obtenir l'objet souhaité.

Ceux-ci ne connaissaient pas l'impression 3D, mais sont ravis de s'initier à cette nouvelle façon de concevoir et fabriquer de petits objets : "Au début, la conception des objets avec le logiciel n'était pas facile. J'ai pensé abandonner, mais finalement cela s'est bien passé. C'est drôle de voir l'imprimante tout faire toute seule", nous dit Anaëlle. Shirine partage cet avis : "Le logiciel n'est pas facile à comprendre au début. Mais c'est passionnant d'apprendre de nouvelles choses. J'ai fabriqué une chaise, un canapé et un micro-onde".