Impression    Partager :

BREUIL LE VERTChef d’établissementCollégienParentEnseignantJacques-Yves CousteauNewsletter Actus 2Développement durable

Manger mieux, une nécessité

Mis en ligne le

Les élèves de 4e du collège de Breuil-le-Vert ont été sensibilisés au "manger mieux" grâce à un spectacle un peu loufoque mais qui fait passer son message avec d'autant plus d'efficacité qu'il est drôle...

Le spectacle joué le 20 mai 2019 à la salle des fêtes de Breuil-le-Vert s'intègre dans la sensibilisation à l'alimentation durable proposée par le Conseil départemental, en partenariat avec la Chambre d'agriculture et la Direction des Services Départementaux de l'Éducation nationale (DSDEN). Retrouvez plus d'informations sur cette epxérimentation sur cette page : Repas "100% locaux, de saison et 0 gaspi".

Une épopée burlesque au coeur de notre assiette

Le spectacle Manger nous plonge au coeur de notre alimentation moderne grâce à 4 comédiens-chanteurs survoltés qui revisitent de façon poétique et loufoque l'histoire de l'homme et de ce qu'il ingurgite depuis le début de son histoire.

Utilisant différents moyens (le chant, la danse), les comédiens nous invitent à les suivre dans une folle course, démontrant en même temps l'absurdité de la vie moderne.

Mais c'est aussi un réquisitoire contre la malbouffe, la société de consommation, le profit à tout prix, le productivisme, l'industrie agrochimique... bref tout ce qui enrichit les multinationales mais détruit notre environnement.

L'humour leur permet de faire passer des informations qui nous éclairent sur ce que nous mangeons, ou risquons de manger dans le futur : la tomate qui subit 40 traitements chimiques avant d'atterrir dans nos assiettes, ou bien celle qui est rendue "non reproductible" (on ne peut plus resemer ses graines, il faut en acheter de nouvelles, ce qui crée une dépendance de l'agriculteur vis-à-vis du semencier).

À l'issue du spectacle, les élèves ont bénéficié d'un temps d'échanges avec les comédiens. Le débat a montré leur intérêt pour toutes les questions liées à l'alimentation :

"Les pesticides, ça sert à quoi ?" : À tuer les "mauvaises herbes" pour obtenir plus de rendement. Les comédiens ont invité les élèves à réfléchir sur cette notion de "mauvaises herbes". Pourquoi mauvaises ? Ce sont juste des plantes comme les autres...

"Pourquoi les pesticides sont-ils toxiques ?" : Les pesticides sont du poison, puisqu'ils servent à tuer les plantes que l'on juge parasites. Ils ont donc forcément une répercussion négative sur l'être humain, qui consomme des plantes qui ont subi plusieurs traitements chimiques.

"Le bio, c'est forcément sans pesticides ?" : Il faut se méfier des diverses appellations "bio" et surtout faire attention à la provenance des produits. Si un légume a été produit de façon biologique mais qu'il a voyagé en avion depuis un pays lointain, on ne peut plus parler de protection de l'environnement.

"Oui mais le bio, c'est forcément plus cher" : Cet argument ne tient pas lorsque l'on observe l'évolution de la part du budget des familles consacrée à la nourriture. Il y a 50 ans, cette part était de 30%, aujourd'hui elle n'est plus que de 15%. Ne devrait-on donc pas revoir nos priorités ? 

"Et les agrocarburants, c'est plutôt bien non ?" : C'est une aberration, car cela oblige à aller encore plus vers une agriculture productiviste et donc chimique. Finalement, on remplace un mal par un autre mal.

Nous ne sommes pas des grenouilles !

Au final, le constat sur notre alimentation et au-delà sur l'évolution récente de l'homme est plutôt pessimiste. Mais rien n'interdit d'imaginer que les générations futures, justement, sauront mettre un terme à cette folie et réagir à cette évolution programmée de notre civilisation avant qu'il ne soit trop tard. C'est ce qu'illustre la fable de la grenouille, qui est justement citée dans le spectacle : "Si l'on plonge subitement une grenouille dans de l'eau chaude, elle s'échappe d'un bond ; alors que si on la plonge dans l'eau froide et qu'on porte très progressivement l'eau à ébullition, la grenouille s'engourdit ou s'habitue à la température pour finir ébouillantée".